!function(f,b,e,v,n,t,s) {if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod? n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)}; if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version='2.0'; n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0; t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0]; s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,'script', 'https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js'); fbq('init', '2059990530711387'); fbq('track', 'PageView');

Retour sur le Forum des élus

Le 23 novembre dernier matin, à la Maison diocésaine Saint-François de Sales , le forum intitulé « Élu: pour la démocratie, la fraternité? » a réuni une vingtaine d’élus ( conseillers municipaux, maires, conseillers départementaux ou régionaux et un parlementaire). Ceux-ci ont d’abord échangé en ateliers à partir de trois questions : Comment en tant qu’élu définiriez vous la fraternité? Qu’avez-vous fait pour la mettre en œuvre? Quels sont les obstacles? Puis ils ont écouté et dialogué avec les deux intervenants venus les accompagner.

C’est ainsi que Monique Rabin ex-maire, députée et conseillère régionale de Loire Atlantique a souligné que si la fraternité n’est pas créatrice de droit (alors que la liberté et l’égalité le sont) elle n’en est pas moins universelle car inscrite dans la déclaration des droits de l’Homme. Elle a témoigné que cette fraternité doit être portée par l’élu sur le temps long même si seulement 14% des citoyens citent spontanément ce terme de notre devise nationale (47% pour la liberté et 36% pour l’égalité). Pour elle, la fraternité n’est ni de droite ni de gauche, elle ne coûte rien et amène une forme de spiritualité. En conclusion elle a invité chaque élu à oser la fraternité dans l’engagement politique même au risque de perdre car il faut continuer à porter les convictions humanistes

Puis François Soulage président de chrétiens en forum et ex-président du secours catholique a distingué le service de l’intérêt général qu’on reçoit de l’électeur (on est élu sur un projet et par une majorité, c’est la démocratie) et le service du frère dont on est porteur en tant que chrétien ( avec l’annonce et la liturgie). Il a invité les élus à se poser la question suivante: au milieu de projets d’intérêt général, comment être au service du bien commun dans lequel on retrouve la fraternité tout en soulignant le distinguo entre pratiques de solidarité (on fait pour les personnes) et pratiques de fraternité (on fait avec les personnes). En conclusion il a invité chaque élu à être dans le concret pour vivre la fraternité et à se battre partout car  » Nul n’est trop pauvre pour n’avoir rien à partager » et c’est cela la fraternité!

Au terme de cette matinée enrichissante, ressourcante et motivante, les élus se sont séparés en souhaitant se retrouver pour un prochain forum en novembre 2020 et avec l’idée de participer au pèlerinage des élus publics chrétiens à Lourdes qui aura lieu en octobre prochain.

Jean Jacques Stoter