Saint Pierre Chrysologue (+451)

Ravenne était alors la résidence des empereurs d’Occident. L’évêque Ursus étant mort, le pape choisit pour lui succéder un simple diacre d’Imola, ville voisine : Pierre. On raconte que ce choix fut guidé par saint Pierre lui-même et saint Apollinaire, premier évêque de Ravenne. Il était éloquent, d’où son surnom. Nous pouvons le constater par les sermons qui nous restent de lui et dont l’une des qualités, et sans doute la meilleure quand ils sont riches de spiritualité : la brièveté. Lorsque saint Germain l’Auxerrois se rendit à Ravenne, en 418, pour plaider devant l’empereur la cause de l’Armorique opprimée par son gouverneur, il fut reçu par l’impératrice Galla Placidia et par l’évêque Pierre Chrysologue. C’est là qu’il mourut, assisté par Pierre durant ses derniers instants.

Le Christ est le pain semé dans le sein de la Vierge Marie, levé dans la chair, formé dans la Passion, cuit dans le four du tombeau, conservé dans les églises et distribué chaque jour aux fidèles comme une nourriture céleste placée sur les autels.

(Saint Pierre Chrysologue – Sermon sur le Notre Père)

Le saint du jour présenté aujourd'hui est l'un des saints choisi parmi ceux proposés par l'Église. Chaque jour, l'Église honore plusieurs saints et bienheureux : ceux du calendrier romain (sanctoral romain), ceux des calendriers diocésains et ceux du calendrier des églises orientales (synaxaire).