Retour sur le 1er Congrès national des Vocations à Paris

A l’approche du dimanche du Bon Pasteur qui marque la 59e Journée Mondiale de prière pour les vocations, retour sur le 1er Congrès national des Vocations qui a eu lieu à Paris du vendredi 29 avril au dimanche 1er mai.

L’annonce de ce Congrès national des Vocations était déjà en soi une grande joie !

Premier du genre ? Certainement bien différent de ce que l’on appelait au début du siècle dernier « Congrès de recrutement Sacerdotale »…

Un Congrès de trois jours en deux grandes parties, un colloque et un festival, réunissant 500 personnes… dont 15 de notre diocèse!

Au programme du colloque : tables-rondes, conférences et ateliers autour des évolutions récentes de l’engagement vocationnel, apports bibliques et théologiques à l’heure du Pape François…

Au programme du festival :

  • Pèlerinage dans les rues de Paris en plusieurs routes thématiques à l’école des saints (prière et engagement dans la cité avec Sainte Geneviève; l’écologie avec Saint François; évangélisation et éducation avec Saint Jean Bosco; vie contemplative avec Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus…)
  • Veillée de prière (témoignages, intercessions, louange, adoration et confessions) dans la Basilique de Montmartre.
  • Différents ateliers sur des thèmes variés comme « relire et discerner sa vie », « prendre un temps de césure », « est-ce lui, est-ce elle? », « quelle est ma vocation? »…

Le temps de louange sur le parvis de la Basilique avant la messe d’envoi nous a permis de partager notre Espérance et notre Joie avec passants et touristes.

Il est probable que ce Congrès fera date dans le cœur et la mémoire des participants. Posons l’acte de Foi qu’il le fera aussi dans l’Histoire de l’Église de France.

« Trois jours », en Temps Pascal, ce n’est pas sans évoquer la Résurrection. Un nouveau souffle a été donné sur la Pastorale des Vocations, sur la Pastorale de la Sainteté. Une conviction a été maintes fois rappelée : le monde est déjà sauvé ! Peut-être que chacun a été tout simplement remis à sa juste place. Le Seigneur nous a interpelé samedi soir: « que veux-tu que je fasse pour toi? » (Lc 18, 35-43). Il a l’initiative en toute chose, ne lui prenons pas… alors se manifeste la liberté expérimentée par beaucoup repartant joyeux et certainement plus fort pour faire un pas, le pas vers plus de bonheur encore.

Père Arnaud Lejeune

Marche pour les vocations

Vendredi 17 juin – De Amiens à Albert

Départ à 21h30 de l’église St Leu (Amiens)

Arrivée aux aurores à Notre-Dame de Brebière (Albert)

Programme :

21h30 – 22H00 : Temps de prière et bénédiction d’envoi (ouvert à tous)

22h00 : Départ de l’église St Leu

8h00 : Messe à Notre-Dame de Brebière (ouvert à tous)

Plus d’informations à venir, si vous souhaitez être tenus informés, donnez-nous vos coordonnées en cliquant ici

Quelques témoignages des jeunes du diocèse d’Amiens

« Ce qui m’a le plus marqué : « Peu importe la vocation que vous choisirez de vivre, vous êtes un serviteur inutile » Quand j’ai entendu ça je me suis dit : « Ha ba super… je prends le temps, un week-end, pour discerner ma vocation, et tout ça pour m’entendre dire que je serai inutile !?!? Si je ne suis même pas utile à/avec Dieu…Pourquoi prendre la peine de discerner ma vocation qui a pour but justement de vivre avec Dieu ? Il m’a fallu un peu de temps pour comprendre ou plutôt entendre le sens précis de ce mot « inutile » mais au fur et à mesure du week-end j’ai compris que c’est en fait si apaisant d’être « inutile » car le monde est déjà sauvé, peu importe le chemin, la vocation que je choisirai, le monde est sauvé, je suis sauvée, ce n’est pas à moi de sauver quoi que ce soit, la grande bataille est déjà gagnée, il ne reste plus que des combats d’arrière-garde le temps que l’info parvienne jusqu’à moi. Un peu comme pour le temps que j’ai mis à accepter d’être « inutile ». Le oui à notre vocation n’est pas un changement radical de VIE où Dieu s’amuserait à « détruire » ce que nous avons construit par nos études, nos engagements, …. mais, c’est la continuité de notre chemin vers le Ciel et d’appel à la Sainteté. »

« Pour moi, le festival des vocations c’était : « Un cœur à cœur avec Dieu. » Nous avons vécu de BEAUX temps de louanges, adorations, messes, prières qui nous ont permis de nous abandonner dans le discernement du dessin que Dieu veut réaliser AVEC nous. »

« Ouf, je ne suis pas seule ! ». J’étais heureuse de voir tant de jeunes se poser la question de la vocation, ainsi que, tant de prêtres, religieux(ses) jeunes, dynamiques et heureux(ses) dans leur don total à Dieu. Ce n’était pas un week-end recrutement vocationnel mais liberté vocationnelle. Il y avait beaucoup de congrégations représentées ce qui était d’ailleurs génial ! Et nous n’avons jamais eu l’impression d’avoir la responsabilité de devoir « sauver » l’une ou l’autre, en mode « si ce n’est pas toi, alors qui ? » Bien au contraire, il y avait une grande liberté et un grand respect dans nos différents choix de parcours durant le week-end. « 

« Que veux-tu que je fasse pour toi ? » Signé : DIEU

« Des propositions en phase avec la réalité que nous vivons. » Topos, ateliers, témoignages, tables rondes, marches… nous avons eu la chance d’avoir un panel de propositions, reprenant toutes les vocations possibles et inimaginables, nous permettant ainsi de trouver des jalons à poser sur le chemin de notre discernement vocationnel. »

“Le congrès national des vocations a été l’occasion de rencontrer de nombreuses spiritualités et congrégations au sein de l’Église catholique, on en ressort avec une soif de découvrir tout ce qui existe ! Ce moment entre jeunes était aussi un vrai temps de ressourcement : se poser et se poser les bonnes questions pour repartir encore plus motivés sur le chemin de notre Vocation !” 

 Crédits Photos : Vincent Breynaert