!function(f,b,e,v,n,t,s) {if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod? n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)}; if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version='2.0'; n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0; t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0]; s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,'script', 'https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js'); fbq('init', '2059990530711387'); fbq('track', 'PageView');

Des nouvelles de François Charbonnel, Séminariste en direct de Rome!

Comme vous le savez peut-être, après deux ans d’études au séminaire Saint-Sulpice d’Issy-les-Moulineaux, Mgr Leborgne m’a envoyé poursuivre ma formation au séminaire français de Rome. Voilà donc maintenant plusieurs semaines que je suis arrivé dans cette ville que l’on qualifie d’éternelle. Les premières semaines ont été consacrées à l’apprentissage de l’italien avec tous les nouveaux arrivants. Rien de mieux qu’un défi commun pour souder une communauté !

Puis nous avons été accueillis par les « anciens » qui sont arrivés après nous puisqu’ils maîtrisaient déjà la langue… L’accueil fut chaleureux et c’est toujours une belle chose que de constater la diversité des profils et des histoires au sein d’une communauté de séminaristes.

L’organisation des cours est un peu différente de l’année dernière puisque nous suivons les cours à l’Université Grégorienne (du nom du Pape Grégoire XIII, « fondateur et protecteur » de l’Université depuis 1584 mais qui à l’origine était un collège fondé par Saint Ignace pour former les jeunes jésuites) sous la direction de la Compagnie de Jésus. La plupart du temps nous avons cours le matin et les après-midi sont consacrés au travail personnel et aux lectures. La vie quotidienne est la vie ordinaire d’un séminaire et nous n’avons pas le temps de nous ennuyer entre les temps communautaires et les services de la maison.

Etudier à Rome est très certainement une belle opportunité. D’abord en raison de la proximité avec le Vatican et le Pape François. Nous avons la chance de pouvoir nous rendre par exemple le dimanche place Saint Pierre pour la prière de l’Angélus ou encore de vivre de grandes célébrations comme la canonisation du cardinal Newman, d’une laïque suisse et de trois religieuses le dimanche 13 octobre dernier.

Vivre à Rome permet également de vivre aux sources de la tradition chrétienne, il y a quelques semaines, j’ai eu la chance de visiter et de prier dans une des sept premières « maisons d’Eglise » de l’époque paléochrétienne, c’est-à-dire un des tout premiers lieux où se réunissaient les premiers chrétiens de la ville de Rome. C’est là qu’a été lue pour la première fois la lettre de saint Paul aux Romains, et là aussi très certainement que Pierre et Paul sont venus rendre visite aux chrétiens de Rome.

Enfin à l’université nous avons la chance de rencontrer des étudiants du monde entier.Le séminaire français, fondé en 1853 a pour divise « un seul cœur et une seule âme ». Nous sommes logés « rue de sainte Claire » tout à côté du Panthéon, c’est-à-dire en plein centre-ville. Là aussi c’est une belle chance. Nous avons la visite de groupes français mais aussi de nombreux prêtres et évêques français de passage à Rome. Nous avons enfin le plaisir de faire visiter régulièrement les basiliques majeures de Rome aux groupes de pèlerins français.

Alors en attendant peut-être l’occasion de vous voir à Rome à l’occasion d’un pèlerinage je compte sur vos prières tout en vous assurant des miennes car c’est là une chose certaine, la prière abolit les kilomètres !

François CHARBONNEL

En attendant peut-être l’occasion de vous voir à Rome à l’occasion d’un pèlerinage je compte sur vos prières tout en vous assurant des miennes car c’est là une chose certaine, la prière abolit les kilomètres !