!function(f,b,e,v,n,t,s) {if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod? n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)}; if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version='2.0'; n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0; t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0]; s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,'script', 'https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js'); fbq('init', '2059990530711387'); fbq('track', 'PageView');

Dossier Bioéthique

Le 18 juillet 2019, le Conseil d’État, saisi par le gouvernement, a validé le projet de loi relatif à la bioéthique. Présenté en Conseil des ministres le 24 juillet 2019, il sera soumis au Parlement pour un vote prévu en octobre 2019. Le projet de loi prévoit notamment d’étendre l’accès à la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes célibataires.

À cette occasion, la Conférence des évêques de France a livré ses positions lors d’un événement au Collège des Bernardins (Paris) lundi 16 septembre à , en présence de Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes, responsable du groupe de travail sur la bioéthique, Mgr Eric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims, Président de la CEF et Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris.

Quel monde voulons-nous?
Mgr Pierre d’Ornellas

Groupe bioéthique de la Conférence des évêques de France

 

Ce livre propose une réflexion simple et précise au moment des débats relatifs à la loi de bioéthique.

Le « modèle français de bioéthique » repose sur la dignité humaine. Il se construit en référant toute avancée scientifique et tout désir à une donnée stable : l’être humain. Celui-ci nous est donné comme un bien précieux à sauvegarder avec autant de détermination que celle que nous déployons pour protéger la planète qui nous accueille. « Tout est lié », proclame le pape François dans Laudato Si’.

Écologie et bioéthique : un nouveau chemin ! 
Texte intégral de l’intervention de Mgr d’Ornellas au Collège des Bernardins le 16 septembre 2019

« I have a dream », dit un célèbre pasteur chrétien, prophète de la fraternité. Moi aussi, j’ai un rêve. Un rêve pour notre planète et pour nous, les humains qui la peuplons. Je rêve que « bioéthique » soit un mot en harmonie avec gratitude et non plus avec inquiétude.Ce rêve est enthousiasmant car la science montre de plus en plus l’admirable complexité et l’étonnante cohérence de la vie humaine et de son développement, ainsi que sa nécessaire relation avec l’environnement, pensée plutôt comme une alliance.Dès lors, il s’agit d’avancer vers un monde nouveau. Pour cela, nous devons prendre ensemble le juste virage. Mais comment ? En nous mettant à l’écoute de la planète. Elle crie sa souffrance et les plus pauvres en pâtissent.Il est impossible de construire le monde de demain si, d’un côté, nous renonçons à nos pouvoirs technologiques malfaisants pour enfin prendre soin de la terre, alors que d’un autre côté nous continuons à laisser les techniques biomédicales nous abuser par leur pouvoir au point d’abîmer les humains. Il serait absurde de vivre en même temps, d’une part, le respect de la planète pour que les plus pauvres soient protégés et, d’autre part, le pouvoir destructeur de techniques séductrices qui, en bioéthique, ne protège pas les plus faibles.

.