Rencontre avec les Sœurs de la Providence de Rouen

Notre monde a soif d’espérance, de paix, de joie!  Nous sommes en situation d’urgence et il nous faut prier! Prier notre Seigneur d’éveiller dans le cœur de nombreux jeunes le désir de le suivre jusqu’au bout, dans le sacerdoce ou la vie religieuse! Nous vous invitons tous à  la neuvaine de prières pour les vocations du 13 au 21 avril … Cette neuvaine a été préparée par  les congrégations de notre diocèse: l’occasion pour nous de redécouvritr la richesse de la vie religieuse de notre département…

COMMUNAUTE NICOLAS BARRE AMIENS

COMMUNAUTE DU SACRE CŒUR GAMACHES

COMMUNAUTE NAZARETH

Rencontre avec Soeur Annie-Thérèse ROSSELLE
Provinciale

Quelques repères …

Nous sommes présentes dans le diocèse d’Amiens depuis 1717. Nous avons eu jusqu’à 93 implantations dans tout le diocèse d’Amiens. Elles ont fermé pour diverses raisons, Révolution, Laïcisation, sécularisation. Nous sommes présentes à Gamaches depuis 1812 et cela sans interruption, sauf une année 1903-1904.  Aujourd’hui encore une communauté y demeure au sein de l’école du Sacré Cœur qui est sous notre tutelle avec une directrice laïque.

Nous sommes revenues à Amiens à la Maison Nicolas Barré 240, Route de Rouen en 2005 et nous y sommes toujours.

La Maison Provinciale a été ouverte en 2006 , le postulat international, Communauté Nazareth,  en 2013

A la communauté du Sacré-Cœur à GAMACHES il y a trois sœurs
A la Communauté Nicolas Barré à AMIENS elles sont 4 sœurs
A la Communauté Nazareth il y a 2 sœurs responsables et 4 postulantes.
A la communauté Provinciale demeure la Provinciale, seule temporairement.

Nous avons été fondées en 1662, à Sotteville lès Rouen par le Bienheureux Nicolas Barré (1621-1686) pour l’éducation des enfants pauvres, et par le biais des enfants le souci de toucher les parents. Notre mission se poursuit aujourd’hui dans l’éducation de la foi plus particulièrement dans les établissements catholiques d’enseignement dont nous avons la tutelle, au sein des paroisses, des mouvements.

Notre Institut est devenu international en 1963 avec la mission « Ad Gentes », à MADAGASCAR et en 1986 en République Centrafricaine. Dans les pays de mission les sœurs sont majoritairement dans les établissements scolaires et y sont directrices, enseignantes, catéchistes….

Quelle est la place de la prière dans votre quotidien ?

Pour moi la prière c’est d’abord un cœur à cœur avec le Seigneur, une réponse à un rendez-vous d’amour qu’Il me donne chaque jour ! Le Seigneur est toujours là et Il m’attend toujours, à tout moment. J’ai besoin de passer de longs moments avec Celui qui m’aime et que j’aime. Il est mon « Bien-Aimé » ! Quelle est l’amoureuse qui n’aurait pas envie de rencontrer celui que son cœur aime ? Aussi chaque jour je prends deux heures d’oraison à l’oratoire, une heure le matin et une heure en fin d’après-midi. C’est vital pour moi ! Ces temps d’oraison sont alimentés à la Parole de Dieu que je lis quotidiennement.

La prière se vit aussi au cours de la journée, comme le dit Nicolas Barré : « Ne passez pas une heure sans un clin d’œil d’amour vers le Seigneur. » C’est ce que je fais, lorsque je suis en voiture, que je change d’activité, que je descends l’escalier… « Seigneur Tu es là, je suis avec Toi ! » Ou, « c’est avec toi que je fais telle chose »… « C’est avec Toi que je rencontre telle sœur ou telle personne »…. Ainsi la présence du Seigneur habite ma journée.

En fait la prière c’est tout simple. C’est parler au Seigneur comme je parle à un ami ! Il sait tout de moi, Il sait ce que je fais. Mais j’ai besoin de le lui dire dans la prière et je suis sûre que cela lui fait plaisir.

La prière d’abandon du Bienheureux Nicolas BARRE, notre fondateur, m’aide beaucoup. Je la dis chaque jour en début d’oraison. C’est mon attitude profonde, m’abandonner au Seigneur. M’en remettre totalement à Lui.

Comment se déploie votre mission de consacrée au cœur du monde ?

C’est le Christ qui m’envoie au cœur du monde dans un don total et sans retour afin d’être signe qu’Il peut combler toute une vie, que la Joie est dans le don. La vie fraternelle que je mène en communauté avec mes sœurs dans l’intergénérationnel, l’interculturel est un témoignage au cœur du monde où il est parfois si difficile de le vivre. Nous sommes de petites lumières qui peuvent indiquer et ouvrir un possible pour ceux qui nous entourent.

J’essaie de témoigner de Jésus Christ le moins mal possible, avec mes faiblesses, mais dans la vérité. J’aime ce monde où le Seigneur m’envoie. Il est aimé de Dieu. J’y ai ma place pour y travailler et essayer de témoigner de son amour. J’ai à fleurir là où le Seigneur m’a semée, ici à Amiens depuis 4 ans, au sein d’une paroisse et en communauté avec mes sœurs. La joie de lui appartenir totalement, l’accueil de tous et le désir énorme de le faire connaître tout simplement par ma vie, un sourire, une parole, mais aussi par des engagements divers au sein de la Vie consacrée, participant aux diverses rencontres organisées par le Diocèse, la paroisse… C’est être tout simplement une présence aimante, accueillante et joyeuse.

J’essaie d’aller vers les personnes que le Seigneur met sur ma route, d’être attentive aux divers besoins de ceux et celles qui se confient.

Je porte dans la prière le monde, la paroisse, le diocèse avec son Pasteur et les prêtres, l’Église universelle.

J’essaie tout simplement de vivre la « Joie de l’Évangile », imparfaitement, c’est vrai, mais réellement. Je suis pleinement heureuse de vivre au cœur du monde et dans l’Église d’Amiens. J’ai vraiment le souci et le désir d’y semer « la joie de l’Évangile » !

 


Propos recueillis par Nelly Berneaux

 

 

 

 

ludovic veron

Ludovic Véron, responsable du Service diocésain des Vocations, nous présente la neuvaine de prières qui débute le 13 avril dans tout le diocèse.
Les carnets pour vivre la neuvaine jour après jour ainsi que les cartes  » Merci » sont disponibles dans chaque paroisse…

Concrètement…
De Pâques à Pentecôte, dans toutes les églises du diocèse,
nous  serons invités à rendre grâce et à écrire nos « merci Seigneur » pour les prêtres et les consacré(e)s qui nous ont fait découvrir quelque chose de Dieu, qui nous ont aidé à choisir la vie et qui ont compté sur notre chemin.
Ces cartes « Merci » seront toutes rassemblées et portées en offrande à la cathédrale dimanche 26 juin le jour de l’ordination sacerdotale de Gabriel de Colnet

Lettre de Mgr Olivier Leborgne

Neuvaine pour les vocations jour après jour

Les cartes pour rendre grâce