!function(f,b,e,v,n,t,s) {if(f.fbq)return;n=f.fbq=function(){n.callMethod? n.callMethod.apply(n,arguments):n.queue.push(arguments)}; if(!f._fbq)f._fbq=n;n.push=n;n.loaded=!0;n.version='2.0'; n.queue=[];t=b.createElement(e);t.async=!0; t.src=v;s=b.getElementsByTagName(e)[0]; s.parentNode.insertBefore(t,s)}(window, document,'script', 'https://connect.facebook.net/en_US/fbevents.js'); fbq('init', '2059990530711387'); fbq('track', 'PageView');

Retour sur la rencontre : Préparation au baptême à l’aune de la fraternité missionnaire

 

Dans la suite des rencontres annuelles, « Le baptême des petits enfants, une joie pour l’Église » en 2017 et « La demande de baptême, une chance pour notre communauté » en 2018, les baptisés qui participent à la préparation au baptême des petits enfants se sont retrouvés le samedi 23 novembre dernier pour une journée avec Mgr Olivier Leborgne.

 

La cinquantaine de participants a d’abord pris le temps d’un échange en secteur : comment mieux vivre la fraternité avec les personnes impliquées dans la demande de baptême, membres des familles, accueil paroissial, répondants de villages ou de quartiers, communauté paroissiale… Il s’agissait de repérer les caractéristiques, les espaces, les occasions de vivre la fraternité missionnaire dans le quotidien de notre mission de baptisé.

 

 

Mgr Leborgne a pris la parole pour envisager la préparation au baptême à l’aune de la fraternité missionnaire. « La fraternité missionnaire est le chemin pour le diocèse, c’est-à-dire pour tous les baptisés et toutes les communautés du diocèse. C’est à une profonde conversion que nous sommes invités ». A partir de ces précisions de base, il a invité les participants à aller plus loin, à « aller à la source, à contempler l’unique frère universel ».

Le Père choisit le chemin de la fraternité pour nous partager sa vie vivante : « La fraternité du Christ commence par le fait que par lui, c’est Dieu lui-même qui vient partager notre vie. C’est Dieu lui-même qui dans le Fils et par l’Esprit prend l’initiative de se faire frère ». La question se pose : alors que ce sont les parents qui font la demande pour leur enfant, comment leur signifier qu’en fait c’est Dieu qui prend l’initiative ?

« Dieu en Jésus se fait en tout semblable à ses frères et sœurs. Le Christ n’a pas honte de nous appeler ses frères et il se fait frère jusque dans la mort. Il vient épouser notre vie jusque dans ce qui la dévitalise ». Comment révéler aux parents que par le baptême, Dieu vient partager leur vie et celle de leurs enfants, jusque dans les épreuves ?

« La fraternité dont nous parlons est par elle-même missionnaire, car elle n’a d’autre but que de permettre l’expérience du salut de Dieu en Jésus. “Je suis venu pour que les hommes aient la vie, et qu’ils l’aient en surabondance” (Jn10,10). C’est cela que doit servir la préparation au baptême : l’expérience en Jésus, de la plus haute vie ».

Conscient de l’exigence du travail d’accompagnement des familles et des difficultés rencontrées par les équipes de préparation au baptême pour le mettre en œuvre, l’évêque a remercié toutes celles et tous ceux qui participent à cette mission. Puis il a proposé quelques pistes pour mieux vivre la préparation au baptême à l’aune de la fraternité missionnaire. Voici quelques extraits :

« Des pistes pour nous-mêmes : nous sommes invités à grandir dans la communion avec ce Christ qui n’a pas honte de nous appeler ses frères, pour apprendre à regarder ceux qui viennent demander quelque chose à l’Église comme Il les regarde. […] Cela signifie qu’il nous faut les porter dans la prière personnelle et communautaire, avant pendant et après la préparation et la célébration du baptême de leurs enfants ».

« Des pistes pour nos rencontres de préparation : […] dans le contexte de sécularisation qui est le nôtre – la culture religieuse est en chute vertigineuse, ceux qui viennent à nous ne savent souvent pas du tout ce que veut dire Bible ou Évangile, le mot “Christ” résonne confusément à leurs oreilles et les valeurs de l’Évangile” qu’ils invoquent souvent ne renvoient généralement qu’à un imaginaire très flou – la préparation au baptême est ainsi d’abord un lieu d’évangélisation. Je vous demande donc pas tant de préparer au baptême que d’annoncer explicitement l’Évangile aux parents ».

« La place de la communauté : comment relever le double défi, d’une part réveiller les communautés dans l’accueil du don de Dieu que sont les frères et sœurs que le Seigneur nous donne par le baptême, et permettre aux futurs baptisés d’entre apercevoir une communauté authentiquement évangélique qui se réjouit de leur venue et où ils pourront, à leur rythme, trouver leur place ? Travailler à ce que l’accueil soit de plus en plus pastoral et de moins en moins administratif. […] Repérer le ou les chrétiens les plus proches géographiquement des familles qui demandent le baptême pour leur enfant, les informer, les inviter à se manifester ».

La réflexion se situe à présent en paroisse ou en secteur. Les participants à la journée de rencontre ont été invités à s’approprier le texte de l’intervention de l’évêque en équipe, avec le curé en charge de la cohérence pastorale des projets, et à envisager une ou plusieurs priorités pour l’année ou les années à venir. Un accompagnement pour ce travail est proposé par l’équipe diocésaine baptême. Cette dernière est composée de Sylvie Dhautefeuille, Sabine Régnaut, Christine Irdel, Isabelle Bertrand Legros, Père Jacky Marsaux et Hubert Brandicourt.